Pourquoi les chats sont un exemple à suivre

Devenir famille d’accueil pour des chats m’a amené à apprendre tout un tas de leçons. Des choses qui s’appliquent pour les chats mais aussi pour les humains. J’ai fini par y voir plein de comparaisons, toutes plus ou moins pertinentes, entre nous et ces mignons matous (okay, je finis parfois un peu par faire de l’anthropomorphisme, mais passons XD).
 
Déjà, ça m’a appris que tout prend du temps !
Même si les 5 chatons avaient leur maman pour leur apprendre les bases, je ne compte plus combien de fois j’ai dû leur dire de ne pas faire quelque chose ! Et répéter, encore, toujours (une pensée à ma maman, qui a probablement dû faire la même chose … XD)
 
Ensuite, la patience.
Quand on récupère des chatons de 2 semaines, ça n’est pas du jour au lendemain qu’on va pouvoir jouer avec eux (et quand on peut enfin, on se rend compte que c’était plus mignon de les regarder dormir 23h sur 24 !). Pas du jour au lendemain qu’ils vont être propres (même si ils ont été rapides à apprendre). Pas du jour au lendemain qu’ils seront calmes (il faut attendre 2 ou 3 ans pour ça, et encore).
 
Bref, j’ai appris tout un tas de trucs sur les chats, plus ou moins utiles (vous saviez qu’une fois mature, un chat ne reconnait ni ses parents ni ses frères et sœurs ? forcément que les chats errants pullulent !)(aussi, les chatons perdent leurs dents de lait ! mais on ne le voit pas, elles sont toutes petites et ils les avalent la plupart du temps)(okay, on s’en fiche, je me reprends, l’article ne sera pas QUE sur les chats haha !)
 
J’ai pu constater plein de choses simples, connues de tous à propos des chats.
Dont certaines qu’on ferait bien d’appliquer, petits humains que nous sommes !

Je suis un chat, je retombe toujours sur mes pattes

Les chats ont, parmi leurs supers pouvoirs (entre l’équilibre incomparable et l’imagination débordante pour les bêtises), ce talent pour ne jamais finir les quatre fers en l’air.
Ils retombent toujours sur leurs pattes.
Toujours.
Et ce n’est pas Brooklyn, à tout juste 2 mois, du haut de ses 20cm, sautant du meuble à 1m60 de haut (8 fois sa taille)(comme si une personne lambda sautait du 4ème étage), qui me dira le contraire ! (elle n’a rien eu, mais j’ai frôlé la crise cardiaque)(les tricolores sont des exploratrices, mais à ce point là ?! calmos minette ! XD)(vraiment, file voir mon instagram pour suivre ces aventures haha !)
 

Tout ça pour dire, même tout petits, il y a un truc instinctif là dedans. Ils atterrissent toujours du bon côté (contrairement à la tartine).
Qui se souvient de ma story avec Lupin qui tombe de l’arbre à chat de 2m de haut ?! Même pas peur ! Bien sûr, il ne faudrait pas qu’ils tombent du 6ème étage non plus, mais tu vois l’idée.

Et bien, comme le chat, je retombe toujours sur mes pattes.

Quelques soient les galères, grosses ou petites, je gère, j’assume, je m’en sors, et j’atterris finalement en douceur.
Alors oui, ça prend plus ou moins longtemps, c’est plus ou moins long ou compliqué, mais je m’en sors toujours.

Et je suis sûre que tu es comme moi.

Après un échec, passé la claque du premier abord, on s’en remet, et puis on recommence.
Et on fait ainsi pour tout. Une rupture. Une trahison. Un décès.

Attention, on n’oublie jamais. Mais on s’en remet. On relève la tête, on est à nouveau debout, et on remonte en selle.

Savoir le nombre d’échecs qu’on a pu avoir n’est pas important ni notable.
Mais savoir le nombre de fois où on s’est relevé, ça, c’est capital.
Car on se relève toujours.
Quoiqu’il arrive, on s’en sort toujours.

Retiens toujours ça 😉

Je suis un chat, c'est ma pomme en premier

Okay, alors dit comme ça, ça peut sembler carrément égoïste, mais continue à lire, tu vas comprendre.
 
Là où le chat est vraiment égoïste (sauf peut être les mamans allaitantes, qui feront tout pour leurs petits), je rapprocherai presque ça des urgentistes et autres pompiers.
Je pense à moi pour mieux aider les autres. Pour être mieux avec les autres.
 
Si je n’ai pas envie d’aller quelque part avec des amis, plutôt que de leur imposer ma présence, mon humeur de personne qui n’a pas envie d’être là (je suis très forte à ça, bien faire comprendre que ça me saoule, mais être là quand même), et bien je leur dis et je n’y vais pas. Bon, ça semble simple, mais ça ne l’est pas en réalité.
 

Car nous vivons dans une société. Avec d’autres gens. Et bien souvent, leur avis compte. Leur vision de nous compte à nos yeux. Et si on fait ce dont je parle plus haut, ils ne vont plus nous aimer (enfin, ça, c’est ce qu’on pense). Sauf que, entre vous fréquenter presque contre votre gré, à un moment où vous n’avez pas envie, et le faire à un moment où vous êtes présente et vous avez envie de les voir, c’est tout de même très différent. Pensez-y 😉

Alors que les chats, eux, s’en foutent, de l’avis des autres. C’est eux d’abord. Leur faim. Leur toilette.Leur confort (et peu importe si tu tape sur ton clavier, c’est maintenant qu’il veut des caresses d’abord ! XD).

 
Au final, on en revient à la leçon du Miracle Morning.
Prenez soin de vous en premier.
Écoutez-vous, vos besoins, vos envies.
Vous serez d’autant plus disponible et attentive pour les autres ensuite.

Je suis un chat, j'ai besoin de sommeil

Oui alors, dit comme ça, on pourrait croire que ça vient comme un cheveu sur la soupe. Mais promis, ce que je raconte a un sens.
Comme un chat, j’ai besoin de mon quota de sommeil.
 
Okay, le chat n’est pas tout à fait pareil, mais on est d’accord que le temps de sommeil d’un chat dans la journée est probablement égale au temps qu’il passe éveillé, non ?! (12h par jour ? non, probablement plus en vrai, probablement 16 ou 18h de sommeil !).
 
Bon je n’en suis pas là, encore heureux.
Mais je ne suis jamais aussi fraîche et dispo que quand j’ai dormi 8 bonnes heures.
 
Alors, pour certains, ça peut paraître énorme, voir inutile, de dormir autant.
Mais non.
Si je n’ai pas dormi ces 8 heures là, ne comptez pas sur moi pendant la journée.

Je suis ronchon, je passe mon temps à bailler (voire à me plaindre du manque de sommeil), à 13h je suis à moitié morte, à 17h mon cerveau est HS.
Je suis littéralement bonne à rien : j’ai du mal à me concentrer, à réfléchir comme il faut, j’oublie des choses, je suis étourdie et maladroite.
Une catastrophe ambulante, vraiment.

Alors que si j’ai eu mon quota d’heures de sommeil (7h étant mon minimum « bon », 5h mon minimum vital)), je suis de bonne humeur, de bon pied, optimiste, toute la journée. Je pense vite et bien, j’optimise comme une chef, j’ai des idées topissimes et je suis d’une super compagnie.
 
Et ça, ça marche pour une simple journée, mais ramené à une semaine voire un mois de sommeil correct, imaginez un peu !
 
Finalement, le sommeil ferait presque partie du soin de soit : c’est un soin de son mental comme de son physique, d’autant plus le sommeil n’a que des vertus !

Tout ça pour dire, prends soin de toi, dors comme il faut, pense à toi d'abord, et tu retombera toujours sur tes pattes 😉

Du coup, tu deviens un chat avec moi ?!

Si l'article t'as plu, n'hésite pas à le partager sur Pinterest !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sur Pinterest
sur Instagram
sur Hellocoton