Pourquoi agir est la seule chose à faire (alors sors-toi les doigts !)

Depuis que j’ai repris en main le semblant de blog que j’avais (pour en faire la jolie chose que tu vois à l’heure actuelle), mes réseaux sociaux, bref, ce que j’ose appeler ma vie professionnelle (oulala, ça fait quand même chelou à écrire), et que j’en parle un peu autour de moi, je me rends compte que j’ai passé une étape.
 
Après plusieurs mois à réfléchir, à procrastiner, à lire, à me renseigner, à hésiter, à ne pas oser, à pleurer devant les offres d’emplois, j’ai arrêté tout ça et j’ai enfin trouvé la seule et unique chose à faire. Et c’est ça justement.
 

FAIRE.

AGIR.

SE LANCER quoi !

 
Alors oui, ça paraît simple comme ça, mais après plusieurs mois d’arrêt maladie, confinée à ne rien faire chez moi (qui suivaient plusieurs mois à travailler dans la restauration, autant dire à vivre avec un rythme TRÈS soutenu et physiquement pénible), ou plutôt à regarder des séries puis m’occuper des mignons petits chatons que j’accueillais (plus d’informations là-dessus dans les stories permanentes de mon Instagram 😉 ), et bien faire quelque chose, me bouger pour moi, était quasiment mission impossible.
 
C’est d’ailleurs assez étrange, car la première chose que j’ai fait pendant mon arrêt maladie puis mon chômage, ça a été de m’investir dans des associations pour continuer d’être en mouvement autant que possible. Étant un peu hyperactive sur les bords, passer mes journées devant des séries (même si j’adoOore les séries) ne me suffisait pas. J’aime me rendre utile, moi madame !
 
Mais recommencer à faire des choses pour ma pomme, pour mon petit plaisir égoïste (c’est faux, mon but reste d’aider des gens en publiant par ici ! mais quand même ^^) wow, le saut dans le vide ! C’est comme ça qu’entre le moment où je n’allais plus travailler à cause de souci de santé et le moment où je reprends sérieusement le blog, il s’est écoulé par moins de 9 mois ! (hmmm, maintenant que je l’écris, je pourrais me dire que mon blog est un bébé qui a juste pris son temps pour grandir dans ma tête et finir sur le papier – ou plutôt sur l’internet – j’aime l’idée !).

Agir, un pas après l'autre

On commence souvent par un petit pas, et c’est justement le premier qui est le plus compliqué.
Le suivant l’est un peu moins, le 3ème encore un peu moins, et avant qu’on le réalise, on a déjà étendu sa zone de confort et c’est devenu simple comme bonjour.
 
Pour preuve, c’est le 4ème article que j’écris depuis la refonte du blog, le 9ème depuis que j’ai repris plus sérieusement les rênes, et c’est déjà beaucoup plus fluide pour moi, plus naturel. J’ai déjà eu plusieurs blogs sur des thématiques variées, je sais écrire. Là, la dynamique d’écriture est repartie, certaines idées d’articles me viennent dans des moments improbables (au téléphone, pendant une discussion avec une amie … ou plus cliché, sous la douche !), je pense et vis avec le blog dans un coin de ma tête !
 
Mais c’est bel et bien le premier pas qui est le plus compliqué, le plus dur à lancer.
 
 Voici quelques petites choses sur lesquelles réfléchir pour se lancer (où au contraire, se rendre compte que ça n’est pas pour nous) :
– Qu’est-ce que ça vous coûte de ne pas vous lancer là-dedans, de ne pas commencer ? Comment ça vous fait vous sentir vis-à-vis de vous-même ?
– Si vous étiez riche à millions, que tous vos besoins étaient comblés (nourriture, toit, relations,etc.), est-ce que vous le feriez quand même ?
– Si vous étiez interdite de faire cette chose (genre par la loi ou quelque chose comme ça), est-ce que vous le feriez malgré tout ?
 
Autant dire que si vous avez répondu oui aux dernières questions, vous n’avez plus qu’à foncer ! Faites un premier pas !
 

On prends souvent l’exemple des bébés, et c’est vraiment d’eux qu’il faut s’inspirer : faites un premier pas, un second, et vous finirez vite par gambader au milieu des adultes mouahaha !

Plus sérieusement, quand on parle d’un « projet », on pense souvent à un truc gigantesque, titanesque, impossible. C’est en partie ce qui nous rend tétanisé devant l’ampleur de la tache, c’est ce qui nous paralyse. Il faut alors diviser cette tache en plusieurs petites actions à faire.
En décomposant cet énorme projet en petites étapes, en petits pas, on démystifie l’aspect gigantesque et on se permet de commencer à agir dès maintenant.

Plus concrètement, avec des situations plus explicites :
– vous rêvez de faire un voyage au Japon, commencez par vous renseigner sur les meilleurs moments de l’année pour y aller, sur le prix du billet d’avion, commencez à mettre de côté
– vous voulez montez votre entreprise pour pouvoir vendre des bijoux que vous fabriquez, cherchez comment ouvrir une entreprise, quelles sont les démarches, les implications, les obligations
– vous voulez déménager, déterminez ce que vous recherchez pour votre prochaine habitation, quel périmètre, et commencez à faire du tri dans vos possessions
– vous voulez reprendre le sport, cherchez un lieu où le faire, ou une amie avec qui en faire
– vous voulez ouvrir un blog, renseignez-vous sur les différentes plates-formes de blogs, inspirez-vous sur d’autres blogs, créez votre logo ou cherchez une graphiste pour le faire
– vous voulez refaire la décoration d’une pièce chez vous, inspirez vous sur Pinterest pour savoir ce que vous voulez faire, discutez-en avec les autres personnes qui vivent là, faites du tri dans la pièce
– vous voulez recueillir un animal, chercher ce qu’il faut à cet animal pour être sûr de pouvoir vivre avec lui au mieux, renseignez-vous sur les associations qui existent près de chez vous, et sur les démarches et le matériel à avoir
– vous voulez changer de régime alimentaire, cherchez des recettes qui vous tentent, arrêtez d’acheter ce que vous ne voulez plus manger, renseignez-vous sur les magasins autour de chez vous
– vous voulez apprendre une langue, une technique, un art, renseignez-vous sur les cours dans votre ville ou en ligne, sur le matériel de base
– vous voulez vous bouger pour une cause, cherchez si des associations existent dans votre ville pour rencontrer des gens qui ont la même envie

Bref. Faites. Un . Petit. Pas.

Agir, et parler de ce qu'on fait

En plus de faire, d’agir, il faut également penser à parler de ce qu’on fait.
 
Avec la famille, les amis. On mets des mots sur ce dans quoi on s’est lancé, on le formule, et ça en devient d’autant plus réel et palpable.
 
Le mieux est de commencer avec des personnes de confiance, qu’on sait bienveillantes et soucieuses de notre bonheur (c’est dur à dire, mais je ne parlerai pas de mon projet à ma famille avant un bon bout de temps je pense. ils sont à des années lumières de ce que j’espère faire, ne comprendraient pas et reporteraient leurs peurs sur moi. pas moyen et pas envie de ça !)
 
Que ce soit un challenge sportif, un objectif professionnel, une volonté personnelle : en en discutant, on engage un peu l’autre, et on s’engage encore plus soi-même. La personne avec laquelle vous discutez vous en reparlera très probablement, reviendra même vers vous avec des conseils si elle souhaite faire la même chose, ou vous recommandera des livres ou des contacts à ce sujet.
 
Même si vous êtes encore hésitant sur comment va tourner votre projet, en parler, verbaliser notre action en face de quelque chose, c’est déjà un grand pas.
 
Par exemple, j’ai pour la première fois évoqué mon projet de blog avec des amies de longue date au début du mois. Des amies qui n’y connaissent pas grand chose au monde du blogging, des formations en ligne ou quoi. Je leur ai juste dit ce que je souhaitais faire, comment je comptais suivre mes envies et faire ce que j’aime, tout en aidant les gens. Elles ont pu constater à quel point ça me correspondait et ça me rendait heureuse. Et elles étaient d’autant plus heureuses pour moi. Aussi simplement que ça.
 

Agir, et inspirer les autres à agir

Je parlais plus haut de la dynamique dans laquelle on entre quand on se décide enfin à se lancer. Du côté un poil égoïste de l’action en question.

D’une, il faut que ça soit pour votre plaisir personnel. Que vous le fassiez pour vous-même avant tout (sinon, vous ferez peut être un petit pas, mais pas toute la ballade)(c’est une des raisons pour laquelle je ne parviens pas à reprendre le sport : je n’aime pas ça. vraiment pas du tout XD).

De deux, malgré l’aspect égoïste, ça l’est rarement, au finale. Car en se lançant, même seule dans notre coin, puis en l’évoquant avec des amies ou de la famille, on peut facilement inspirer les autres. Les pousser à se lancer à leur tour (de leur plein gré, n’essayez pas de convaincre qui que ce soit de faire exactement comme vous, ça n’est pas comme ça que marche le cerveau humain 😉 )

Les amener à se dire que ça n’est réservé à personne.
À penser qu’on a qu’une vie, alors pourquoi ne pas réaliser nos rêves.
À montrer qu’on peut faire ce qu’on veut.
Et à se sortir les doigts, comme on dit chez moi (moui, je suis un poil vulgaire parfois, fini de la cacher ici !)

Le simple fait de faire, de montrer l’exemple, ça pousse les autres à se lancer aussi.
 
C’est bien connu, quand on fait quelque chose qu’on aime, qui nous passionne, on en parle du coup avec passion, et c’est vite contagieux !
Et par contagion, les autres réalisent aussi leurs projets, sont plus heureux, inspireront et contamineront d’autres personnes, bref, l’action devient le meilleur virus de la terre, avec pour principal symptôme la joie ! Youhou ! (heureusement que c’est la fin de l’article car je deviens vraiment barjo !!)
 
Je vous laisse avec une vidéo qui appuie mon propos, et qui, même si vous la connaissez déjà, un petit rappel fait toujours du bien héhé ^^
 

En espérant que cet article t'aura aidé à avancer, voire à te lancer !

Tu arrive à te lancer facilement ?
Où tu peine à commencer des projets qui te font rêver ?

Et si cet article t'a plu et t'a inspiré, pense à le partager sur Pinterest !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sur Pinterest
sur Instagram
sur Hellocoton